Pas encore RX, au dessus du Scaled. Quelle catégorie choisir aux Open 2016 ?

Les athlètes expérimentés ainsi que les nouveaux crossfitteurs ne se posent pas la question. Si vous maîtrisez les muscle-ups, le handstand walk et que vous avez l’habitude de mettre les charges du RX pendant les wod alors RX est votre catégorie.

Si pour vous, les chest-to-bar ne sont pas encore au programme de votre entraînement et que vous ne passez pas encore un seul DU alors le scaled est pour vous.

Mais quelle catégorie choisir si l’on est entre les deux ?

Si récemment nous avons validé 2 toes-to-bar sur 5 ? Ou que nous pouvons snatcher 55/35 kgs ? Les suggestions ci-dessous donnent des pistes afin de choisir sa catégorie aux Open de cette année.

RX-et-Scaled-OPEN-Runar-Eilertsen

Scaled : Se concentrer sur l’intensité

Un athlète qui fait un wod en scaled ne doit jamais se sentir inférieur, car il y a différentes façons d’aborder un wod scalé.

Si, comme il a été annoncé en introduction, cet athlète est entre deux niveaux, il devra mettre l’accent sur l’intensité et la vitesse d’exécution. Le wod devient alors un sprint et peut devenir très éprouvant, même pour un athlète RX.

Il nécessite un gros cardio, de mettre son cerveau de côté et si nous avons tout donné, il devrait tester nos limites de résistance, qu’elles soient mentales ou physiques.

Scaled : Sentir la compétition

Nous ne sentirons pas l’esprit de la compétition si nous décidons de faire le wod en RX mais que nous ne validons que 10 rep sur un AMRAP de 8 minutes.

Si nous avions scalé, nous aurions pu faire tous les mouvements et nous serions allés jusqu’au bout du wod.

De plus, nous aurions apprécié les encouragements des autres crossfitteurs, du juge, du coach, de l’ambiance et enfin, nous aurions senti une énorme satisfaction à la fin du chrono.

Scaled : Faire une fois un RX

Il y a toujours l’option de faire un wod en RX pendant les Open.

Si après l’annonce nous nous sentons de faire le wod en RX, nous devrions le faire. Peu importe que cela fausse le classement. Cela nous donnera confiance, boostera notre égo pour les wod restants et nous donnera de nouveaux objectifs lorsque nous reprendrons l’entraînement.

RX : Se challenger

Si nous sommes en mesure de faire 2 ou 3 toes-to-bar, que nous pouvons faire quelques snatches à 55/35kgs ou bien que nous sommes à un rien de passer un muscle-up ou de cleaner et jerker 70/50kgs, alors le RX est notre catégorie.

Faire un wod en RX pendant les Open doit être dans ce cas perçu comme un challenge. Cela va nous pousser à mettre la barre plus haute pour les entraînements à venir.

Nous faisons le point sur ce que nous savons faire, sur ce qu’il reste à améliorer et ce sur quoi nous devons nous acharner.

Pourquoi être aussi cruel lorsque nous pourrions être à l’aise sur un wod en scaled en sprint ?

Parce que c’est l’esprit CrossFit ®*. Toujours se mettre des défis pour avancer.

RX : Les autres athlètes RX

Ceux que nous considérons comme étant les meilleurs athlètes de la box, coaches inclus, participeront en RX.

Nous ne ferons sans doute pas le même temps ni le même nombre de reps, mais nous pourrons nous sentir fiers de rentrer nos scores dans la même catégorie. Ce qui hier nous paraissait impossible avec du travail et de la détermination est à notre portée aujourd’hui.

RX : Se surprendre

Le muscle-up fera partie des wod des Open, nous en sommes maintenant certains. Et si ce jour là nous arrivions à le passer ?

Faire un wod en compétition est très différent d’un wod ‘normal’. L’adrénaline, les adhérents qui nous motivent et la volonté de faire son maximum peuvent nous pousser à réaliser des performances que jamais nous n’aurions pensé pouvoir réaliser auparavant.

Amicalement,

TA