La vérité sur la congestion et l’acide lactique

À peine après voir commencé le wod, après quelques air squats ; on enchaîne avec une dizaine de kettlebell swing.

On s’arrête, quelque chose ne va pas, on regarde nos avant-bras, ils sont gonflés et énormes. Pris de panique, on se demande :

  1. Que m’arrive-t-il ?
  2. Est-ce normal ?
  3. Comment vais-je terminer le wod ?

Afin de clarifier nos questionnements précédents, revenons sur les bases.

Congestion et Acide Lactique

  1. QUE M’ARRIVE-T-IL ?

La congestion arrive souvent d’un coup sans prévenir. Rien à voir avec la fatigue ou le manque d‘échauffement.

Le ‘pump’ ou la congestion est un état très prisé chez les bodybuilders. En effet, ce dernier produit un beau volume en muscles et favorise la croissance musculaire.

Mais les crossfitteurs expérimentent en général une congestion associée à une brûlure. Ce qui rend leur effort très difficile voir impossible.

Les bodybuilders la ressentent aussi, mais n’ayant pas le même objectif de performance, ils ne vivent pas la congestion-brûlure de la même façon.

  1. EST-CE NORMAL ?

Oui, tout à fait. Dans le cas d’une congestion sans brûlure (donc juste le muscle qui gonfle), la sensation est agréable, et au bout de quelques minutes, le muscle retrouve une taille normale.

Cela signifie aussi que notre muscle grandit. Et c’est bon signe.

Si en revanche, on sent ses muscles gonflés et une douleur qui ‘pique’ ou ‘brûle’, alors on sait que l’on a eu la visite de l’acide lactique, et là c’est une autre affaire.

Qu’est-ce qui cause la congestion ?

Le muscle contracté bloque la circulation sanguine. Le muscle est gonflé.

Cela arrive lors d’efforts très courts sans temps de pause.

Qu’est-ce qui cause la brûlure ?

L’acide lactique qui est produit par les muscles.

Pourquoi ?

Plus l’effort est intense et sans une quantité suffisante en oxygène, plus les muscles sollicités ont besoin d’énergie pour fonctionner.

La nourriture des muscles en mode anaérobie (effort intense et sans oxygène) est le glycogène. La consommation du glycogène par un procédé de réactions chimiques entraîne la fabrication du lactate, acide lactique.

L’acide lactique, s’il n’est pas évacué rapidement, irrite les fibres musculaires et les terminaisons nerveuses et crée une sensation de brûlure.  Or le muscle congestionné, on l’a vu, est bloqué. Le sang ne peut plus circuler et le muscle ne peut donc plus se débarrasser de l’acide lactique.

Pire encore, il ne peut plus se réalimenter. N’ayant plus d’énergie, il capitule et nous avec.

La verite sur la congestion et l’acide lactique

  1. COMMENT VAIS-JE TERMINER LE WOD ?

Il n’y a rien à faire, car c’est la combinaison du type d’effort et de l’état des réserves de ‘l’alimentation’ des muscles qui définit une congestion-brûlure.

Il faut s’habituer à la sensation. Car au fur et à mesure, notre corps apprendra à gérer l’effort et à évacuer l’acide lactique.

Si l’on se trouve bloqué durant le wod, on peut essayer d’augmenter l’amplitude des mouvements, breaker souvent et faire de très petites séries.

Pas idéal pour une belle performance, mais assez pour aller jusqu’au bout.

En sachant que le glycogène est la première source d’énergie du muscle, on peut tenter d’en faire des réserves juste avant l’effort. On en trouve dans les sucres lents de l’alimentation.

Si la congestion et la sensation de brûlure sont perçues de façon négative au moment du wod, elles signifient en revanche que le muscle est en train de se développer.

Pour comprendre, il suffit de savoir que l’acide lactique est la cause de l’augmentation de sécrétion d’hormones et de testostérone dans notre corps. Leur combinaison entraîne la croissance des muscles et la perte de masse grasse.

En résumé : la congestion et l’acide lactique sont nos amis !

Amicalement,

Tamara Akcay

*Toutes les explications scientifiques de cet article ont été analysées et comparées sur plusieurs sources dont les liens, entre autre, sont indiqués ci- dessous :