CrossFit ®* et image corporelle de la femme : témoignage d’une athlète

Par NOELLE ELLIOTT

Quand j’ai commencé à faire du CrossFit ®*, mon corps était déjà endommagé, même si je ne savais pas dans quelle mesure. En tant que jeune fille, la première personne qui m’a appris à prendre conscience de mon corps était ma mère.

Ma mère était danseuse. Elle n’a pas ménagé son corps, le soumettant à un volume de travail tellement important que n’importe quel WOD typique ressemblerait à un simple échauffement pour elle. Au moment où je suis née, elle avait pris sa retraite et mis fin à sa carrière de danseuse. Pourtant, elle a continué à abuser de son corps.

Je voyais comment elle se regardait dans le miroir. Surentraînée, elle détestait désormais son corps. D’ailleurs, à cause de ça, ma sœur aînée a développé un trouble de l’alimentation tellement grave qu’elle s’est retrouvée pas mal de fois hospitalisée. Ceci m’a surtout appris, en tant que petite fille, que mon corps ne sera jamais assez bien, en dépit de tous mes efforts. À l’âge de neuf ans, j’ai fait mon premier régime.

« Ma mère ne m’a jamais intentionnellement mis la pression. Elle ne m’a jamais dit que j’étais grosse ou mince. Mais je savais qu’être mince était l’idéal et que je ne l’étais pas ! »

Ayant du muscle, j’ai pu exceller au football, au tennis et à la course. Mais peu importe les parties, les matchs et les rencontres gagnés, j’ai senti que mon corps s’était retourné contre moi.

La télévision et les magazines ne m’ont pas non plus aidée à me construire mon image corporelle. Les actrices populaires étaient minces. À l’université, et pour être plus séduisante, je n’arrêtais pas de faire du cardio pendant des heures et des heures et je n’ai jamais été satisfaite de mes résultats. Comme ma mère, j’étais destinée à détester mon corps, peu importe à quoi il ressemblerait.

Trouver son « idéal beauté », l’exemple auquel on peut s’identifier

Après les études, je me suis mariée et j’ai eu quatre enfants en sept ans. Ma carrière professionnelle m’a en plus mise derrière un bureau, réduisant à peu de chose mon activité physique en cours de semaine.

Je suis sûre que vous pensez que c’est la partie de mon histoire où je vais vous dire que j’ai pris des dizaines de kilos. Mais non ! J’ai continué à m’entraîner pendant les week-ends, ce qui m’a permis de rester dans une forme relativement bonne, mais je détestais toujours l’image que mon miroir me montrait.

Quand mon plus jeune fils a eu deux ans, j’ai cherché désespérément un moyen d’améliorer mon corps et je suis tombée par hasard sur le CrossFit ®*. Je voyais des femmes musclées admirées pour ce que leur corps pouvait leur permettre de faire et pas pour leur apparence. De plus, elles étaient incroyablement séduisantes, radieuses et avaient l’air d’être bien dans leur peau malgré une silhouette autre que mince. Cela m’a redonné de l’espoir. J’ai enfin trouvé le sport qui allait me faire accepter mon corps !

En un an, mon corps a changé. J’ai pris du poids mais j’ai perdu des centimètres de tour de taille. Bien qu’à l’aise dans mon nouveau corps, j’ai pensé plusieurs fois à arrêter l’entraînement simplement parce que j’avais pris du poids. J’ai failli abandonner quelque chose que j’appréciais vraiment, à cause d’un chiffre que personne ne voit, sauf moi.

Dites ce que vous voulez sur le CrossFit ®*, mais rien que le nombre d’amis que j’ai rencontrés a été un tournant monumental dans ma vie, une opportunité vers la création d’une image corporelle positive dont je peux être fière. Ce sont d’ailleurs ces liens d’amitié qui m’ont quasiment obligée à rester dans le domaine.

Après ma deuxième année d’entraînement, mon corps a sensiblement changé. J’ai vu apparaître de belles courbes, des muscles sculptés et des abdos bien dessinés. Désormais, quand je me regarde dans un miroir, j’admire ce que je vois, car c’est le fruit d’un travail acharné.

Aujourd’hui satisfaite de mon corps, je me surprends en train de l’admirer alors que je le haïssais. On m’a dit que j’avais de belles fesses et un super ventre plat, et je suis humblement d’accord.

Mais ce que j’ai gagné par-dessus tout grâce au CrossFit ®*, c’est cette estime de moi-même et un nouvel « idéal beauté », loin de celui qu’on voit dans les défilés de mode ou dans les magazines people.

Source : Tabatatimes.com