Comment accepter notre nouveau corps de crossfitteuse ?

accepter son corps de xrossfitteuse

Les premiers mois après avoir commencé le CrossFit ®*, tout allait bien. Nous faisions attention à ce que nous mangions, nous nous dépensions régulièrement et nous pouvions admirer une silhouette ferme et svelte dans le miroir.

Mais à force de vouloir chercher les rep. et les RM (Rep. Max), nous avons commencé à intensifier notre entraînement, prendre des prot., nourrir notre corps et donc à voir apparaître le résultat de notre dur travail.

OUI, MAIS…

Là où un homme serait fier et heureux de voir pousser ses muscles, certaines d’entre nous ont commencé à se demander si elles n’allaient pas un peu trop loin.

Ces remises en question, souvent engendrées par des remarques de l’entourage ne pratiquant pas trop de sport et encore moins de CrossFit ®*, blessent et peuvent freiner l’entraînement.

Alors que faut-il faire pour se sentir à l’aise dans son nouveau corps ?

On prend exemple sur des crossfitteuses qui s’assument

On notera surtout leur attitude positive face à leur musculature et le comportement aimant et compréhensif de leur entourage proche.

Sans partir dans les extrêmes du top 10 des crossfitteuses des Games, on peut s’appuyer sur des athlètes, par exemple ; Johanna Yo Nilsson, Nicole Zapoli ou Laura Faulkner, moins musclées et qui ont aussi une vie de famille, professionnelle et qui portent des jeans en dehors de la box.

On met l’accent sur nos priorités

Est ce que l’avis de notre frère, meilleur ami, tante ou voisin prime sur notre plaisir à enchaîner 15 butterflies ?

Est-ce qu’une réflexion de temps en temps vaut la peine de diminuer l’intensité de nos wod ?

Pensons-y la prochaine fois que nous serons en train de nous entraîner. Peut-être réaliserons-nous que le plaisir de terminer un wod vaut bien plus que de prendre en considération une remarque désobligeante.

On relativise

Pour des personnes extérieures au CrossFit ®*, qui pratiquent le sport devant un miroir afin d’avoir des résultats directs sur leur corps ; oui, notre développement musculaire peut choquer.

Mais premièrement, qu’est-ce que la normalité ? Qui la définit ?

Et deuxièmement, en acceptant et en assumant que l’on a un corps un peu plus musclé que notre entourage, nous pourrons faire ‘glisser’ les piques et les remarques. Car souvent, ils sont le fruit d’un sentiment d’incompréhension ou de gêne de leur part.

Une crossfitteuse fiere de son corps

On pense à sa performance

Les crossfitteurs en général, hommes et femmes confondus, pensent avant tout à leurs performances.

C’est un concept difficile à faire comprendre à l’entourage. Car peu y trouvent un intérêt.

Nous voulons réaliser des mouvements difficiles et lifter des charges lourdes. Pour cela, nous avons besoin de muscles. Si nous gardons en tête ce pour quoi nous mettons les pieds à la box, alors nous aurons plus de facilité à accepter notre corps qui change.

On refait sa garde-robe. Ou pas.

Cela dépend des goûts de chacune. Mais si nous faisions un 36 et que nous passons au 38 rien que pour faire rentrer nos biceps dans un T-shirt, il faudra inévitablement racheter des vêtements.

Comment ne pas être paniquées à l’idée de changer de taille ?

Mesurer sa masse musculaire à l’aide d’une balance pro aide à réaliser que nous n’avons pas pris en ‘kilos de gras’, mais en ‘kilos de muscles’. Ce qui n’est pas la même chose.

D’ailleurs, si nous nous arrêtions tout de suite de faire du sport, nous retrouverions notre ancienne taille sans effort. Tout est dans la prise de muscle, ne l’oublions pas.

Et si tout ceci ne nous aide pas à nous sentir à l’aise, regardons autour de nous durant le prochain wod. Sur 10 athlètes, 5 ne vont même pas y prêter attention, 3 vont nous trouver sexy et 2 vont être jaloux(se) et nous envier. De quoi ne pas regretter une seule seconde nos trapèzes et nos quadri qui ont doublé de volume.

Comme d’habitude, n’hésitez pas à noter vos astuces et vos expériences en commentaires !

Amicalement,

Tamara Akcay

Crédit Photos : FrozeninTime & Simplyperfectionphotography