Avez-vous vraiment besoin de chaussures d’haltérophilie ?

Si vous n’êtes pas haltérophile, avez-vous vraiment besoin de ces chaussures ? Voici l’avis d’un docteur en physiothérapie.

Ces chaussures ont d’abord été développées pour l’haltérophilie olympique. En relevant le talon de la chaussure et en le combinant avec une semelle rigide et plate, ces chaussures ont la capacité de maximiser la force de réaction au sol tout en aidant les chevilles, les genoux, les hanches et la colonne vertébrale à soulever la barre de façon explosive.

Mais au fil des ans, ces équipements sont devenus un élément commun à tous les haltérophiles, même ceux qui n’ont aucun objectif de compétition. Voici donc qui devrait les utiliser et qui devrait les éviter.

Quand les utiliser

Utilisez-les lorsque vous êtes sur une plateforme d’haltérophilie pour effectuer des lifts olympiques. Ces chaussures présentent des avantages spécifiques à ce sport. Mais il serait erroné de penser que l’amélioration des performances sur la plateforme est directement corrélée à la santé et à la fonctionnalité orthopédique à long terme de la personne.

Lorsqu’on pratique un sport de compétition à haut niveau, il y aura toujours un arbitrage pour chaque variable d’entraînement en lien avec la programmation et la compétition. Et si votre objectif est de monter sur la plate-forme et de soulever le maximum de poids au-dessus de votre tête (en overhead), sachant qu’une flexion accrue du pied et du genou ainsi que l’angle du torse contribuent à atteindre cet objectif, le rapport avantage/coût des chaussures sera adéquat.

Mais il existe aussi des défaillances anatomiques aberrantes qui limitent la mobilité des articulations et des arthrokinématiques (les légers déplacements de l’espace articulaire) qui permettent de faire des mouvements articulaires complexes, tels que les composants de la dorsiflexion du pied.

Même si certains usent de prétextes pour ne pas faire un squat profond ou charger encore plus leur barre, il existe bel et bien des contraintes orthopédiques légitimes où la structure articulaire ne permet pas certains mouvements. Ce sont des problèmes qui ne seront jamais améliorés en travaillant sur les tissus mous à travers l’étirement ou avec un rouleau en mousse. Il peut effectivement être contreproductif de trop forcer sur ses articulations.

De nombreux haltérophiles travaillent de façon confuse et insensée leurs tissus mous, à travers des étirements ou même un peu de mobilisation articulaire au niveau des chevilles et des hanches. Mais après quelques séances, et la prise de mesures théoriquement « correctes », s’il n’y a pas de résultats ou que les problèmes sont peut-être même devenus plus graves, une évaluation orthopédique pour diagnostiquer correctement le problème devrait être l’étape suivante à suivre.

La différenciation entre les dysfonctionnements des os et des tissus mous vous permettra d’économiser beaucoup de temps et d’éviter des jours de frustration. Si, et quand, un blocage au niveau des hanches, des chevilles ou toute autre articulation est diagnostiqué, des moyens adaptatifs qui améliorent le contact du pied avec le sol, comme une chaussure d’haltérophilie, vous aideront à continuer à vous entraîner tout en minimisant les douleurs et les complications.

La clé du succès de n’importe quel type d’outil ou d’accessoire d’haltérophilie est de diagnostiquer avant toute autre chose les défaillances fonctionnelles potentielles, en y remédiant autant que possible, PUIS d’utiliser cet accessoire pour profiter de tous ses avantages et améliorer l’efficacité de l’entraînement.

Quand ne pas les utiliser

Souvent, certaines personnes se diagnostiqueront des problèmes de mobilité, alors qu’en réalité elles ont des problèmes de modélisation neurologique qui entravent leur coordination et leur capacité à se déplacer sans douleur. Elles décident alors de se doter de chaussures d’haltérophilie. De plus, sachant qu’en utilisant ces chaussures la motricité ne s’améliore jamais, l’origine du problème reste intacte. Généralement, il faut savoir que la douleur ne fera qu’empirer.

Sauf si vous envisagez de monter sur une plate-forme et de participer à une compétition, évitez les chaussures d’haltérophilie adaptatives et utilisez une paire de chaussures qui vous permettra de vous déplacer aussi naturellement que possible.

Lorsque vous utilisez une chaussure plus minimaliste, prenez en compte les défaillances de motricité, comme la dorsiflexion de la cheville et la flexion et la rotation de la hanche.

Même si vous êtes un haltérophile olympique, un powerlifter ou un CrossFitter, utilisez des chaussures ordinaires mais adaptées pour tous les lifts sans grande spécificité afin de profiter des avantages du contact avec le sol et du bon fonctionnement du couple cheville-pied.

En règle générale, utilisez au minimum des équipements adaptatifs comme les chaussures d’haltérophilie afin de profiter encore plus du fait de permettre à votre corps de se déplacer aussi naturellement que possible.

Source : T-Nation.com