5 différences entre le CrossFit ®* et le Body-building !

Qu’ont en commun les combinaisons d’exercices, les poids (lourds) soulevés, les exercices cardio et les compétitions ? Réponse : le CrossFit ®* et le Body-Building. Il y a beaucoup de points communs entre ces deux disciplines, mais les athlètes s’exerçant dans l’une ou l’autre sont très différents. Il suffit de mettre le pied dans les deux mondes pour comprendre que les différences sont fondamentales. On peut tout de même trouver quelques athlètes qui passent d’une discipline à l’autre pour le challenge, et d’autres qui restent fidèles à leur discipline d’origine et ne la quittent pas durant toute leur carrière, mais on trouve rarement des athlètes qui pratiquent les deux sports simultanément. Si vous cherchez à casser votre routine et si vous vous intéressez à ces deux disciplines, voici les points de divergences entre ces deux mondes.

4a1cee041f035cf998e196e8d1d842921c519c60
Photo : muscularstrength.com

1/ L’amplitude du mouvement (Range Of Motion)

Durant les compétitions, les CrossFitters sont suivis par des juges pour s’assurer qu’ils exécutent leurs exercices en intégralité, car, bien évidemment, tricher dans les répétitions n’est pas permis. Les Bodybuilders modifient l’amplitude de leurs mouvements durant leurs entraînements quand c’est nécessaire, pour viser un certain groupe de muscles ou pour changer les objectifs de leur prestation. Parfois, les bodybuilders n’exécutent que la première partie du mouvement et ne cherchent pas à finir leurs répétitions, ceci a pour objectif de charger les muscles en sang à la fin de la série et leur donner plus de volume à des fins esthétiques. C’est brutal, mais très efficace. Cependant, durant les compétitions, les CrossFitters sont obligés de pratiquer les mouvements dans leur totalité, mais ils peuvent inclure, lors des séances d’entraînement, quelques séries où l’amplitude est partielle pour gagner en force.

2/ Les principes de l’entraînement

Le CrossFitter apprend les spécificités de chaque WOD dès qu’il entre dans la box. Il s’agira alors d’un mélange de mouvements utilisant la totalité du corps, accompagnés d’exercices de cardio et d’endurance. Une variété de groupes musculaires sera donc travaillée tout en gardant une attention particulière sur la performance physique globale. Les Bodybuilders se concentrent quant à eux sur un groupe de muscles en particulier. Ils useront d’une large panoplie d’exercices pour stimuler toutes les fibres concernées afin de développer, muscler, sculpter et embellir ce groupe musculaire en question. La majorité des exercices de Body-building peut être exécutée avec des prises et des positions de pieds différentes, pour activer les muscles de différentes manières au cours d’un même exercice. L’entraînement des Bodybuilders est destiné à séparer les groupes musculaires pour s’assurer que les muscles se développent d’une manière équilibrée et harmonieuse. De ce fait, les muscles relativement faibles ou peu consistants auront une attention particulière pour équilibrer cette esthétique générale. En outre, les Bodybuilders auront tendance à avoir des séries d’exercices très variables avec des périodes de repos importantes, une notion qui n’existe pas vraiment en CrossFit ®*. Ces derniers pourront même vous dire quel groupe de muscles ils travailleront durant la journée voire même toute la semaine prochaine. D’un autre côté, il est très facile de se blesser en Body-building à cause de la faiblesse de certains muscles antagonistes aux groupes musculaires ciblés. Ces muscles peuvent être, en effet, négligés ou peu renforcés. À l’inverse du Body-building, le CrossFit ®* ne cible pas de groupes musculaires. Au contraire, on utilise au maximum les synergies musculaires pour produire des mouvements le plus parfaitement possible. Cela engendre une baisse du temps nécessaire à la reconstruction du muscle, développe la force tout en redessinant naturellement la silhouette de l’athlète. D’ailleurs, le côté esthétique n’est pas une priorité en CrossFit ®*.

3/ La nutrition

Alors que la majorité des CrossFitters considère l’alimentation comme une source de carburant, les Bodybuilders, eux, et malgré qu’ils peuvent se contenter de 3 séances d’entraînement par semaine, considèrent leur nutrition comme la base de leur développement. En effet, leurs apports journaliers sont calculés au gramme près et leur principale préoccupation porte sur la récupération et la régénération musculaire. Ils chronomètrent leur repas pour maximiser le développement de leurs muscles.Tandis que la Whey protein (lactosérum) est populaire chez les CrossFitters pour sa digestion et son absorption rapide, la caséine micellaire est beaucoup moins connue, mais trouve son public chez les Bodybuilders qui en boivent avant de dormir, pour donner à leurs corps une source de protéines qui se digère lentement durant la nuit et alimente de façon prolongée leurs muscles. La Quest Protein Powder est à mi-chemin entre la whey protein et la caséine, ce qui fait d’elle le choix idéal, en plus d’être consommable à n’importe quel moment de la journée. Les CrossFitters qui ne mangent que pour faire le plein d’énergie pour leur séance d’entraînement quotidienne pourraient être agréablement surpris de voir les résultats de quelques barres et boissons protéinées consommées aux moments opportuns, des aliments très prisés par les Bodybuilders et qui commencent à l’être en CrossFit ®*.

4/ La pression du temps

Dans un AMRAP (As Many Reps/Rounds As Possible), les CrossFitters travaillent contre la montre. Ils cherchent toujours à réaliser un plus grand nombre de répétitions pendant un temps prédéterminé, ou à compléter un certain nombre de séries plus rapidement que leurs compétiteurs. De l’autre côté, les Bodybuilders ne sont pas concernés par le chrono, sauf s’ils sont pressés pour quitter la salle de gym. Ils mettent les muscles sous différents niveaux de tensions en fluctuant le tempo de leurs lifts. Ceci peut se faire durant la phase concentrique ou excentrique de leurs mouvements, ou les deux à la fois. Le CrossFit ®* se base, quant à lui, sur beaucoup de mouvements explosifs. En pratique, ignorer le chronomètre aura pour but de booster cette explosivité. Par exemple, en réalisant des squats, le CrossFitter peut ralentir sa descente, marquer un temps puis remonter rapidement. Ceci lui permettra de gagner en force, lors du ralentissement, et en explosivité, lors de la phase d’accélération.

5/ L’endurance cardiaque

Le CrossFit ®* requiert une immense endurance cardiovasculaire pour résister aux WODs et aux compétitions. Les CrossFitters auront donc besoin d’adopter des exercices de cardio et d’endurance pour développer leurs capacités. L’entraînement à haute intensité avec intervalles est l’un des meilleurs moyens de travailler le cardio. Chez les Bodybuilders, la performance n’est pas très dépendante de l’endurance cardiaque. Leur but serait plus de perdre du poids et non de courir plus rapidement ou de s’exercer plus longtemps. Ils peuvent insérer des séances de cardio assez légères dans certains cycles.

Dans n’importe quel sport, que ce soit CrossFit ®* ou Body-building, le but est de transpirer… heureux !