Les Open 2016: Ce que nous retiendrons pour l’année prochaine

En 2016, le crossfit a été plus que jamais célébré et mis en avant.

Après plusieurs semaines de wods intenses, de stress et de partage ; le moment est venu de faire le bilan des Open de cette année, afin que l’on puisse apprendre de nos erreurs, noter où nous en sommes techniquement et se fixer de nouveaux objectifs pour les prochains mois à venir.

Les-Open-2016,-Ce-que-nous-retiendrons-pour l’annee-prochaine

Participer avant tout

Comme des milliers d’athlètes venant s’entraîner une heure par jour, avec un travail et des obligations personnels, nous avons participé avec toute notre bonne volonté et notre motivation.

Il est possible que nous n’ayons pas eu le temps de refaire 3 fois les wod et peut être même que nous ayons dû faire l’impasse sur un ou deux wod cette année.

Mais nous avons senti l’enthousiasme de la communauté, nous nous sommes surpassés et nous avons eu la satisfaction d’entrer nos scores et de voir notre nom apparaître sur le leaderboard. C’est un bon souvenir dont nous pourrons garder une trace.

Gérer l’avant et l’après wod

Nous avons su gérer tout ce qui vient avant et après un wod en situation de compétition, que ce soit en scaled ou en rx.

Si notre box nous faisait passer par vague, nous avons dû apprendre à nous échauffer seuls et ainsi à être autonomes. Apprendre à s’alimenter avant le wod ni trop ni trop peu était aussi essentiel à notre réussite. (En général, aucun souci pour se nourrir après un wod).

Ce sont durant ces moments où l’on réalise que pour performer durant un wod il ne suffit pas juste d’être à l’heure à la box.

Il y a toute une atmosphère qui s’apparente à celle d’une véritable compétition et que nous savons désormais gérer.

Le MU bar c’est bon

Jusqu’à la dernière minute nous n’y avons pas cru. Nous avons snatché les 10 premières barres puis avons tenté le tout pour le tout !

Il est passé.

C’est un mouvement que nous pourrons enfin rayer de notre liste pour l’année prochaine.

Ou pas

Nous avons arrêté de regarder notre feed Instagram car tous ces athlètes qui réussissent leur premier MU en plein wod du 16.3 nous ramenaient à notre réalité : il va encore falloir les travailler.

Un mouvement a attaqué dès que possible sans attendre les prochains Open.

Il n’y a aucune raison que nous ne les passions pas.

Déceler nos faiblesses

Les Open c’est l’occasion de nous rendre compte de notre capacité, entre autres, à enchaîner les mouvements.

Car tous ces wod ne sont pas ‘juste’ imaginés par Dave Castro. Ils permettent de tester différents aspects du crossfit et de sans cesse repenser les limites des athlètes.

Par exemple, si nous pouvons enchaîner 50 DU en début de wod, pouvons nous faire de même après des clean et des T2B ? Même chose avec des MU et des C2B. Si ce n’est pas le cas, ce sera à mettre en pratique dès le prochain wod de la box. 

Prendre du plaisir sur nos points forts

Il y a les points négatifs à travailler. Mais il y a aussi les points forts qui sont nos atouts. C’est sur ces mouvements que nous pouvons nous appuyer lorsque nous savons que nous allons être en difficulté dans la suite du wod.

Nous pensons trop souvent à ‘juste’ les exécuter rapidement sans vraiment prendre conscience que nous aimons les faire et que nous sommes tout simplement extrêmement bons.

Amicalement et sportivement,

Tamara Akcay