Les mythes à vite oublier lorsque l’on commence le Crossfit

Pour ceux d’entre nous qui avons déjà commencé le crossfit depuis plusieurs semaines, mois ou années, tout ce qui suit nous paraîtra aberrant. Pourtant, ceux qui s’intéressent à ce sport et qui ont l’intention de s’inscrire dans une box se posent toutes sortes de questions. Un message négatif est parfois véhiculé au sujet de cette pratique.

À nous les ‘’anciens’’, de leur prouver que certains mythes concernant le crossfit ne sont pas à prendre au sérieux.

Les-mythes-a-vite-oublier-lorsque-l’on-commence-le-Crossfit

Les femmes deviennent des hommes

Celles qui sont très musclées sont professionnelles et participent aux Games. Elles s’entraînent plusieurs fois par jour et soulèvent des charges bien au-dessus du RX femme des wods de notre box.

En revanche, au cours de la pratique du crossfit à notre niveau, notre corps change. Il devient ferme et tonique, ce qui nous rend peut-être un peu plus musclées que la moyenne des femmes qui ne pratiquent aucun sport. C’est une habitude à prendre, à l’opposé de l’image que nous suggèrent les médias.

Tant que nous sommes en bonne santé et que nous aimons notre nouvelle silhouette, il n’y a aucune inquiétude à avoir.

Obsession avec la nourriture et les protéines

Changer son style vie en incorporant le sport de façon régulière signifie modifier son alimentation. Ce changement se fait en général de façon naturelle, avec de temps à autre des phases durant lesquelles nous nous intéressons de plus près à tel ou tel régime alimentaire, mais il est rare que nous allions dans les extrêmes.

De plus, ceux qui prennent un shake de protéine à la fin d’un wod ne sont pas obsédés par la prise de muscles. Ces athlètes sont simplement soucieux de régénérer leurs muscles de façon à bien récupérer et à être performants pour leur entraînement du lendemain.

Trop de risques de blessures

Nous pouvons tomber dans les escaliers et nous tordre la cheville en courant le matin afin d’attraper le bus ou le métro.

Pratiquer le crossfit est un risque comme celui de se lever le matin. Tout peut arriver au cours de la journée.

Au contraire, le crossfit permet au corps de se préparer aux imprévus de la vie de tous les jours.

C’est trop intense, le corps n’est pas fait pour ça

Nous sommes habitués à nous asseoir, marcher un peu et à nous allonger à la fin de la journée. Le sport dans la culture française fait partie des loisirs et est optionnel. Il est donc compréhensible que certains soient choqués de la violence que nous infligeons à notre corps par certains mouvements.

C’est notre mental qu’il faut convaincre, car notre corps est parfaitement capable d’endurer le Crossfit.

Les charges sont trop élevées

Des options sont systématiquement proposées lors de l’annonce d’un wod. Il y a plusieurs niveaux : N2, N1, Rx. Le coach est là pour nous aider à déterminer la charge que nous allons pouvoir mettre et maintenir du début jusqu’à la fin de la séance. Le wod sera peut-être dur, mais il sera à notre portée.

C’est un sport narcissique

Il n’y a pas de miroirs dans une box. Si les athlètes sont musclés, c’est surtout afin de pouvoir soulever des charges lourdes, passer d’un exercice à un autre rapidement et faire des mouvements de gymnastique compliqués.

Sauf exception, les athlètes qui enlèvent leurs tee-shirts en wod le font parce qu’ils ont trop chaud ou parce qu’ils se motivent et s’apprêtent à venir à bout d’un wod difficile. De toutes les façons, en plein wod, personne n’a le temps d’exhiber son corps et encore moins de regarder celui des autres.

Il n’y a que les forts qui peuvent y arriver

Le crossfit est ouvert à TOUS. Ado, débutant, expérimenté, compétiteur, trentenaire, masters etc.

Il n’y a pas d’exception : tout le monde wod ensemble et personne n’est mis à l’écart. C’est ce qui fait de la communauté crossfit un groupe si soudé.

Amicalement et sportivement,

Tamara Akcay