Forme physique : Ne faites-vous que du CrossFit ? (Partie 1)

Par Art Claas
Sommes-nous en train d’oublier les racines du CrossFit ? La programmation actuelle est-elle trop spécialisée ? Et avons-nous oublié comment s’entraîner convenablement ?

Partout où l’on va, nous nous heurtons à cette chose appelée «CrossFit» ! Il y a quelques semaines, je suis allé dans un magasin de sport de la ville de Munich. Qu’est-ce que j’ai trouvé là-bas ? Des équipements de CrossFit ! Ça vous montre à quel point ce sport est en vogue. Mais est-ce vraiment bon ?

Quelle est l’activité que tout le monde se met à faire en hors saison ? Le CrossFit. Qu’est-ce qui pousse partout comme des champignons ? Les nouvelles boxs de CrossFit. Elles sont littéralement partout. Et c’est tout à fait cool ! J’adore constater que de plus en plus de personnes en Europe connaissent ce sport complet et efficace. Grâce à cela, notre communauté s’agrandit rapidement et nous pouvons être ravis d’une popularité toujours croissante. La seule chose que je déteste, c’est la nouvelle image que la plupart des gens développent de notre sport à travers YouTube, des compilations de CrossFit Games impressionnantes et des publicités héroïques.

N’avons-nous pas tendance à oublier ou à négliger l’élément le plus élémentaire de notre discipline ?

À L’ORIGINE, QU’EST-CE QUE LE CROSSFIT ?


Dans sa définition la plus fondamentale, le CrossFit est : tout ! Oui tout ! Cela semble étrange et peu précis, je le sais.

Greg Glassman, le fondateur du CrossFit, a voulu que l’idée de base de son sport soit le fait de ne pas se spécialiser dans un sport. Le CrossFit vise un développement bien équilibré mais supérieur à la moyenne de chacune des 10 compétences physiques. Nous ne devrions pas développer une compétence en particulier au détriment d’une autre. Mais sommes-nous vraiment restés fidèles à cette règle ?

La raison pour laquelle je me pose cette question est bien simple. Tout ce que je constate de nos jours, c’est que nos programmes d’entraînement se résument à de l’haltérophilie et du metcon.

Certes, l’haltérophilie ou l’entraînement de force en général, avec des charges importantes, est l’un des piliers de base les plus importants pour un athlète de CrossFit. C’est et sera toujours le meilleur moyen pour gagner en force. Plus vous êtes fort, plus les WODs avec des poids moins lourds seront faciles pour vous. C’est pourquoi nous avons besoin d’une solide force de base et nous devons beaucoup travailler pour l’avoir. De même pour les cycles de metcon dont l’intensité dépendra de la force acquise à travers l’haltérophilie.

Mais nos workouts doivent prendre en considération d’autres compétences complémentaires.

LA DIFFÉRENCE ENTRE LE CROSSFIT EN TANT QUE PHILOSOPHIE ET LE CROSSFIT EN TANT QUE SPORT PROFESSIONNEL

Cyclocross du Grand-Blettay, entre Fully et Saillon, le 13 novembre 2016.

Alors, où réside le problème que nous devrons tous contribuer à résoudre ? À mon avis, le problème réside dans la différenciation manquante entre la philosophie CrossFit qui se base sur une forme physique bien équilibrée et le CrossFit en tant que sport compétitif et professionnel.

Pour tout athlète compétitif, limiter son entraînement à un mélange d’haltérophilie et de metcons avec des mouvements similaires à ceux de la compétition est l’idéal. Vous devez effectuer à la perfection et être aussi efficace et fort que possible sur des exercices tels que les thrusters, les snatchs, les muscles-ups, les sit-ups, etc. C’est pourquoi il faut se concentrer sur les mouvements que vous rencontrerez dans les compétitions.

Alors, qu’en est-il de toutes les autres personnes qui pratiquent le CrossFit ? Ne devraient-elles pas effectuer les mêmes mouvements ? Oh oui !

Mais la nuance à faire est la suivante : si vous faites du CrossFit pour améliorer votre vie quotidienne, pour pouvoir vivre la vie que vous souhaitez et ne pas être limité par vos propres capacités physiques, vous devez faire plus que du « CrossFit».

À suivre…

Source : Boxrox.com