Douleur musculaire ou blessure ? 10 conseils pour un bon diagnostic

Tous les CrossFitters deviennent assez rapidement habitués à ressentir quelques douleurs et des courbatures après un WOD. Que ce soit pour sortir du lit ou pour enlever un T-shirt, cette sensation désagréable nous rappelle que nous avons bien bossé la veille ou que nous avons poussé le bouchon parfois un peu trop loin ! Mais le plus beau, c’est que nous acceptons cela. Nous savons parfaitement que les douleurs musculaires sont attendues et quasiment inévitables, naturelles et sont même une réponse bénéfique aux sessions d’entraînement. Cependant, comment peut-on distinguer une simple douleur musculaire ou une courbature d’une véritable inflammation due à une blessure plus ou moins grave ? Évaluer les différences nécessite une certaine connaissance du muscle, de son anatomie ainsi que d’une certaine expérience, mais cela vous permet de vous protéger des blessures majeures et des périodes d’indisponibilité. Voici donc 10 conseils et astuces pour faire le bon diagnostic et vous prendre en main au bon moment !

ProFormCFMobTip1-1024x682

1/ Le déclenchement de la douleur

Les courbatures sont causées par des petits épanchements de sang provoqués par la rupture des capillaires sanguins qui gonflent et font pression sur les récepteurs de la douleur. La douleur des courbatures musculaires commence en moyenne entre 2 et 12 heures après l’entraînement et atteint son sommet après 36 h. Cependant, ces sensations restent soutenables et apparaissent surtout lors de l’activation du muscle courbaturé. Alors que la blessure présente une douleur immédiate, plus importante et plus durable. En effet, cette douleur se fait ressentir même au repos.

2/ La durée de la douleur

Les douleurs d’une courbature « normale » des muscles commencent à se dissiper dans les 2 à 3 jours qui suivent. Même dans le cas de courbatures majeures (qui pourraient prendre jusqu’à une semaine pour être complètement guéries), la douleur change considérablement d’intensité pendant une semaine, mais finit par s’estomper assez rapidement. Cependant, la douleur d’une blessure musculaire ne se calme pas en quelques jours. De ce fait, si vous ressentez une douleur aiguë à la suite d’un WOD et qui ne s’apaise pas après une certaine période, pensez à demander un avis médical.

3/ Types de douleurs

Qu’est-ce que vous êtes en train de ressentir exactement ? Les courbatures rendent le muscle tendu, sensible au toucher et douloureux. Au moment de l’activité physique, les muscles douloureux vous sembleront très fatigués et lourds. Une blessure est associée, quant à elle, à une douleur qui est plus virulente et plus aigüe, souvent semblable à une attaque du muscle au couteau !

4/ Emplacement de la douleur

Pouvez-vous localiser votre douleur au toucher ? Est-ce que cette douleur est limitée à une petite surface de votre corps ? Ou est-elle localisée au niveau d’un tendon, un os ou une articulation ? Si vous répondez oui à toutes ces questions, il est fort probable que vous ayez affaire à une blessure. En effet, les courbatures musculaires couvrent, en général, une grande surface (les mollets, les pectoraux, l’ischio-jambier, les quadriceps…) et ne concernent, comme leur nom l’indique, que les muscles ayant subi une activité intense.

5/ La Symétrie

La douleur des courbatures est typiquement symétrique. Par exemple, elle touchera les jambes, les bras, etc. alors que celle d’une blessure ne l’est pas. Cette dernière sera localisée au niveau du membre, du tendon ou encore de l’articulation touchée. L’exception à la symétrie des courbatures serait un athlète qui a vraiment forcé uniquement sur un seul membre durant son entraînement.

6/ Le moment où vous ressentez la douleur

Les blessures sont douloureuses tout au long de la journée, même quand vous ne vous déplacez pas. Au contraire, les courbatures musculaires provoquent rarement des douleurs au repos.

7/ L’apaisement de la douleur

Sans prendre en considération les traitements médicaux, la douleur d’une blessure se calme avec de la glace et du repos. Les courbatures, quant à elles, s’apaisent avec un bon étirement après l’entraînement et, pourquoi pas, un bon massage relaxant.

8/ Le renforcement de la douleur

La douleur d’une courbature musculaire a tendance à empirer après un long moment d’immobilisme et de sédentarité avant, bien entendu, de se calmer. La douleur d’une blessure ne va, quant à elle, empirer que si vous continuez à pratiquer des exercices physiques quotidiennement et à stimuler les parties blessées. Cette douleur ne se dissipe pas à l’échauffement ou lors d’un WOD.

9/ Le Gonflement

Bien que les courbatures apportent leurs lots de gonflements, celui-ci est épars et dispersé sur une grande surface et n’est, donc, pas remarquable à cause de son homogénéité. Si le gonflement est apparent et concentré sur une petite partie de votre corps, une blessure est alors fortement envisagée.

10/ Les Bruits

Entendez-vous quelque chose lorsque vous bougez ? En effet, lorsqu’ils sont blessés, les athlètes entendent souvent un bruit quand ils s’activent. Ce n’est pas le cas pour une irritation ou une courbature musculaire. Des sons de claquement, de craquement et de micros déchirures peuvent être entendus au moment de contracter une partie touchée par une blessure.

Pour conclure, il est clair qu’une blessure diffère significativement d’une simple courbature. Faites le bon diagnostic et vous vous rétablirez plus vite ! En cas de doute, n’hésitez surtout pas à vous adresser à un professionnel et éviter de jouer au docteur !