Comment détecter le surentraînement?

Le crossfit se distingue de par son caractère explosif et intense, propre à ses séances d’entraînement. Cette particularité s’adapte très bien aux débutants, ainsi qu’aux sportifs confirmés, grâce à l’assistance des coachs professionnels dans les Box.

Néanmoins, cela n’empêche pas les cas de surentrainement, surtout pour ceux qui programment et imaginent leurs propres WODs. Contrairement à une grosse fatigue, le surentrainement présente des désagréments importants pour le sportif, se traduisant par une régression des performances, une diminution de la masse musculaire et un affaiblissement général de l’organisme, devenant plus sensible aux diverses maladies.

Il convient, donc, de savoir comment détecter le surentrainement, dans le but de prendre les mesures adéquates pour le prévenir.

Des symptômes physiques et émotionnels

Il n’existe pas de symptômes particuliers qui permettent de reconnaitre ce problème, il s’agit plutôt d’une succession de signes, qui, au final, devraient déclencher l’alerte quant aux sources et aux raisons de ces maux.

Il est nécessaire, aussi, de noter que les symptômes peuvent varier d’un individu à l’autre, mais d’une manière générale, les principales manifestations sont caractérisées par deux types de facteurs: ceux de type physiologique, et ceux de type psychologique.

Les premiers se traduisent directement par une certaine réponse de l’organisme, face aux stimuli dont il fait face avant l’entraînement, pendant et après.

Pour ceux du second type, il s’agit de changements au niveau du comportement et du caractère.

Les signes physiques et physiologiques

Le premier indice qui devrait éveiller l’attention se présente sous la forme de sensations de fatigue, accompagnées de courbatures, qui, malgré des périodes de repos, persistent durant plusieurs semaines.

En plus, tout cela est souvent accompagné de difficultés à s’endormir, une perte d’appétit, une augmentation de la fréquence cardiaque au repos et une perte de poids, en particulier si cette dernière ne coïncide pas avec le suivi d’un régime alimentaire particulier ou avec la fixation d’objectifs plus poussés.

Les signes psychologiques et émotionnels

Les facteurs psychologiques entretiennent un lien direct avec le système nerveux, ce qui explique le fait qu’ils transparaissent à travers le caractère et l’humeur.

Ces signes se manifestent, donc, par une perte de motivation lors des entraînements, une instabilité émotionnelle caractérisée par des moments d’anxiété, d’angoisse, ainsi que, dans des cas extrêmes, des tendances dépressives.

Ils apparaissent, aussi, à travers des troubles sexuels caractérisés par une baisse de la libido, due à des dérèglements hormonaux, et l’apparition de l’éjaculation précoce et de l’impuissance chez l’homme.

La combinaison de tous ces facteurs signifie de façon certaine que vous êtes dans un état de surentraînement, une situation qui vous invite à réguler vos efforts et à mieux adapter vos WODs.

Crédit photo : Jorge Huerta Photography