Comment dépasser la souffrance dans un WOD de CrossFit ?

Commençons par une vérité indiscutable : vous vous sentirez mal si vous voulez tirer le meilleur parti de votre entraînement. Plus vous êtes motivé et vous voulez vous améliorer, plus vous serez prêt à dépasser vos limites.

Lorsque vous avez comme objectif de passer au niveau supérieur, vous vous retrouverez à bout de souffle dans vos WODs. Vous travaillerez tellement dur que vos muscles surchaufferont et vous ne serez plus sûr de pouvoir continuer. C’est ce que vous voudrez réellement faire, et c’est comme ça que vous saurez que vous travaillez vraiment.

Bien entendu, y aller à fond la caisse n’est pas toujours la meilleure stratégie pour une séance d’entraînement. Mais, pour savoir de quoi vous êtes réellement capable, vous serez tenté de vous entraîner tout près de vos limites.

Il est probable que plus vous vous entraînerez, plus vous serez en mesure de décider quand c’est une bonne idée d’aller encore plus loin et quand vous avez vraiment besoin de diminuer le rythme.

Les muscles qui brûlent, la fatigue et une respiration lourde sont simplement les signes que vous êtes vraiment en train de vous pousser à bout. Ces expressions d’inconfort sont très différentes d’une entorse à la cheville, ou d’une grosse déchirure sur votre main (blessures qu’il vaut mieux ne pas aggraver en rendant vos WODs plus durs).

Votre cerveau commencera, également, à vous dire de ralentir ou d’arrêter parce que vous êtes fatigué, blessé ou en difficulté. C’est un mécanisme de protection naturel utilisé pour vous garder hors de danger et vous maintenir en vie. Ce mécanisme de protection apparaît avant que nous ayons réellement besoin d’arrêter. C’est une réaction assez précoce. Dès que vous êtes physiquement mal à l’aise, vous serez automatiquement confronté à l’idée d’arrêter ou de ralentir même si vous êtes parfaitement capable d’aller plus loin.

Il est donc important de décider comment vous voulez répondre à ces signaux.

Vous pouvez apprendre à interpréter l’inconfort comme quelque chose de positif, comme un bon signe. Mieux vous répondrez à la douleur, plus vous serez capable de vous dépasser et d’atteindre de nouvelles limites.

  1. D’abord, acceptez le fait que les parties inconfortables de l’entraînement sont à la fois nécessaires et bonnes pour vous. Elles font partie intégrante de l’atteinte de votre potentiel maximum de performance physique.
  2. Ensuite, travaillez sur une forte réponse à l’inconfort. Lorsque vous commencez à ressentir cette sensation de brûlure ou de martèlement dans votre poitrine … souriez et sachez que c’est une bonne chose. Essayez aussi de vous convaincre que cet inconfort est naturel : vous êtes exactement où vous voulez être.

Source : MentalityWod.com