5 leçons importantes à apprendre d’une blessure !

Malgré les meilleures intentions du monde, les blessures surviennent. Alors, que pourriez-vous apprendre de ces expériences frustrantes ?

Une blessure peut être un énorme revers pour votre entraînement, mais il y a toujours des points positifs qui peuvent être tirés de ces expériences frustrantes. Les CrossFitters sont une race spéciale. Nous nous entraînons volontiers tous les jours pour travailler nos muscles jusqu’à les épuiser à la fin de chaque WOD. Au cours de mes 3 années de CrossFit, je n’ai pas encore rencontré quelqu’un qui, après un WOD, n’a pas eu l’impression de se rapprocher de la puissance supérieure en laquelle il croit. Nous apprenons à traverser l’inconfort et nous mettons nos corps dans ses situations très compliquées. Il n’est donc pas surprenant, du moment que nous poussons nos corps et habituons nos esprits à devenir aussi fort (voire plus forts) que nos corps, de voir apparaître quelques douleurs, courbatures et même des blessures. Si elles ne sont pas correctement prises en charge, les petites blessures peuvent finir par devenir de sérieux problèmes qui peuvent nous éloigner de la box pendant une période considérable. Personnellement, j’ai été dans ce cas et j’ai ignoré les petites douleurs et sensations inconfortables pendant un WOD, dans l’espoir qu’elles disparaissent miraculeusement sans aucun effort de ma part. J’ai refusé de me reposer parce que le repos signifiait que je devais arrêter l’entraînement, et le fait de s’arrêter est quelque chose que beaucoup de CrossFitters ont du mal à concevoir. Finalement, j’ai été forcée à m’arrêter et prêter attention à mes blessures. Pendant ma réhabilitation, voici 5 choses que j’ai apprises !

1. POUVOIR BOUGER EST UN PRIVILÈGE

Imaginons que vous regardez l’horloge et vous n’êtes même pas à mi-chemin de l’AMRAP de 90 minutes (… ok peut-être pas 90 minutes, les entraîneurs ne sont pas si fous) et vous commencez à calculer combien de séries / répétitions supplémentaires vous pourrez effectuer sans que votre corps ne vous abandonne. Si vous avez souffert ou que vous souffrez actuellement d’une blessure qui vous oblige à limiter ou modifier votre amplitude de mouvement, vous comprendrez à quel point c’est un privilège d’avoir la possibilité de soulever plus de poids et de bouger librement. Pendant les trois premières semaines de ma rééducation, je ne pouvais même pas aller à la box. Négliger les signes avant-coureurs que mon corps me donnait m’avait empêché de toucher une barre pendant 2 mois. Pendant ce temps, je me suis rendu compte à quel point j’ai pris mon corps pour acquis, des mouvements simples comme des air squats me faisaient tordre de douleur. Être capable de bouger est un privilège et la prise de conscience de ce fait peut changer la donne ; à chaque fois que vous serez tenté de mettre votre corps à l’épreuve comme vous le faisiez avant la blessure, vous aurez à l’esprit l’image de votre période de rétablissement, et prendrez conscience que vous avez eu la chance de bouger à nouveau sans douleur.

2. AVOIR UNE BONNE TECHNIQUE EST PRIMORDIAL

Avant de me blesser, je dois admettre que j’avais commencé à négliger l’amélioration de ma technique. Je me suis sentie très à l’aise avec les lifts, et j’ai oublié quelques exercices d’échauffement. Tout ce que je voulais faire était ajouter plus de poids sur ma barre, ou effectuer ce fameux muscle-up. Au fur et à mesure que nous progressons dans notre aventure CrossFit, il devient très facile de négliger les bases et peut-être même délaisser notre technique. Alors que si on y fait attention, cela nous rendraient plus efficaces, avec de meilleures performances et une plus grande capacité de travail.

Le fait de me concentrer sur ma technique m’a permis de prendre du recul et d’analyser de manière critique les domaines d’opportunité (une meilleure expression que les « faiblesses ») qui pourraient être améliorés et me permettre d’éliminer mes « mauvais » mouvements. Une bonne technique est ce qui vous portera dans les moments où votre corps sera fatigué. C’est la base qui fera en sorte que, peu importe la difficulté d’un WOD, vous serez toujours capable de tout donner sans négliger sur la forme et la performance. J’ai donc découvert qu’une bonne technique est ce qui vous évite les blessures.

3. POUR ALLER PLUS LOIN … ALLEZ-Y LENTEMENT

Si vous vous êtes blessé à un moment où vous avez senti que votre condition physique était à son apogée, il peut être frustrant de reprendre l’entraînement et de ralentir votre rythme. Ce sera une guerre constante entre votre ego et votre raison qui vous encouragera à adapter vos WODs pour prévenir d’autres blessures. Dans ces moments, il est utile de trouver un mantra pour vous rappeler que l’athlète que vous étiez avant la blessure est toujours là, mais que pour aller plus loin, que ce soit en termes de performance et/ou d’objectifs personnels, vous devez y aller lentement.

La règle numéro 1 du CrossFit est de laisser votre ego à la porte de la box ; c’est encore plus vrai en revenant d’une blessure. Si vous avez de bons coachs, ils pourront vous surveiller si vous en faites trop, trop tôt, trop vite. Selon la gravité de votre blessure, vous pourriez être obligé de scaler vos workouts durant les deux premiers mois de votre reprise. Apprendre le scaling est important et si vous restez cohérent, votre corps reviendra non seulement plus fort, mais il vous portera également plus loin.

4. LA COHÉRENCE EST LA CLÉ DU SUCCÈS

Il est facile de se sentir découragé, car après une semaine de votre retour à l’entraînement, vous vous sentez loin de l’athlète que vous étiez avant. Très souvent, nous sommes d’avis qu’après le diagnostic d’une blessure, nous devons faire une pause, mais l’inactivité est ce qui peut rendre plus difficile le retour à l’exercice. Mon conseil, même s’il est pénible de regarder tous les autres bouger avec toute la liberté de mouvement possible alors que vous ne pouvez pas encore le faire, c’est… D’ALLER À LA BOX ! Cela vous rappellera que vous faites partie d’une magnifique communauté CrossFit et vous redonnera plus de motivation pour vous rétablir et reprendre l’entraînement. Vous pouvez juste y aller pour encourager vos camarades. Je me sens coupable d’avoir évité ma box pendant un mois parce que j’étais jalouse de tous ceux qui étaient capables de bouger sans douleur. Une fois que j’ai mis de côté cette jalousie (grâce à mon coach), j’ai pu retourner dans ma salle. Pendant les deux premières semaines, j’ai pleuré après chaque WOD, c’était un mélange de frustration de ne pas être capable de compléter un workout à cause des petites douleurs que je ressentais encore, et parfois à cause du fantôme de l’athlète que j’étais et qui me hantait pendant mes exercices.

C’est là que le point numéro 5 devient vraiment important …

5. VOUS N’ÊTES PAS L’ANCIEN VOUS, VOUS ÊTES MEILLEUR

La tentation d’être aussi rapide que vous l’étiez, ou de soulever d’aussi lourdes charges que vous aviez l’habitude de faire pré-blessure vous rongera pendant au moins les deux premières semaines (peut-être plus si vous êtes un CrossFitter émotionnel comme moi). Peut-être que ce sentiment ne vous quittera jamais pendant que vous êtes en voie de guérison. Le fantôme de l’athlète que vous étiez planera sur vous pendant chaque mouvement, et c’est là que, si vous êtes chanceux, un bon coach vous rappellera une vérité indispensable : vous n’êtes pas l’ancien vous, vous êtes meilleur.

Vous apprenez à bouger plus efficacement, en corrigeant votre technique en cours de route, non seulement pour empêcher les vieilles blessures de s’enflammer, mais aussi pour prévenir de futures blessures. Après votre blessure, il est important d’avoir un entraîneur qui vous motivera lors des moments difficiles où vous ne vous sentirez plus comme l’athlète que vous étiez. Un bon entraîneur vous rappellera les progrès que vous avez réalisés, et les progrès quotidiens que vous faites. Un bon entraîneur s’assurera que vous évoluez en conséquence, et probablement, la partie la plus importante, un excellent entraîneur sera capable de vous vous extirper de vos excuses et des prétextes que vous inventerez.

Les blessures ont autant d’aspects mentaux que physiques et, s’il est important de se concentrer sur le processus de rétablissement physique, vous devrez également oublier tout ce que vous pensiez savoir auparavant. Vous allez devoir apprendre comment tempérer la discipline avec juste assez de complaisance et de patience pour que votre corps revienne plus fort que jamais.

Par Aurelie Mukendi – Source : Boxrox.com