3 conseils pour être un juge lors d’une compétition de crossfit

Donc votre box organise une compétition et les coaches demandent aux crossfitteurs et crossfitteuses de se porter volontaire en tant que juge. « Trop de responsabilité! », « Je ne sais pas comment faire! », « que se passera-t-il si je me rate? ». Autant de pensées qui même si elles sont légitimes peuvent être un frein.

Ne vous inquiétez pas, bande de peureux, car cela est beaucoup plus facile qu’il y en a l’air. De surcroît, être juge peut être une expérience enrichissante et grisante. Voici quelques conseils qui vous aideront à être le juge dont tout le monde se souviendra comme étang présent et juste.

CrossFit South West Regional 2012

  1. Être impartial (comme un ordinateur)

Vous n’êtes pas là pour manifester de préférence ou « brancher » les athlètes qui méritent d’être reconnus. Même si le fait qu’un athlète donne le meilleur de soi même est quelque part « génial », souvenez-vous que vous êtes le gardien du temple. Vous devez donc être impartial en toute circonstance. Si tel n’est pas le cas alors vous ne rendrez pas service à votre box, aux athlètes et à vous-même en validant une rep qui n’avait pas lieu d’être.

Donc, comportez-vous comme un « ordinateur ». Incorporez une liste de ce qui doit se passer. Comme un ordinateur, si les éléments de la liste sont tous valides alors la rep est bonne et vous pouvez donc la compter comme telle. S’il manque quelque chose, votre cerveau doit crier « erreur ». Lorsque vous déclarez une « no-rep », choisissez un mot court et simple pour que l’athlète comprenne d’où vient son erreur. Par exemple, « verrouiller » si un squat n’est pas terminé correctement ou « baisser » si l’athlète ne descend pas assez bas.

Vous pouvez vous créer plusieurs listes avant le début de la compétition.  Voici un exemple de liste pour un pull-up:

  • Coudes verrouillés, pieds décollés du sol
  • Le menton au-dessus de la barre

Si cette liste est vérifiée alors rien d’autre ne compte. Lorsque quelqu’un demande « est ce que je peux faire ça » ou « et si je fais ça »? Tout ce que vous avez à leur dire est que si les conditions ci-dessus sont remplies alors rien de plus simple, la rep est bonne !

  1. Comptabiliser les reps seulement lorsqu’elles sont complètes

Je ne pourrai pas vous dire combien j’ai vu de reps loupées lors d’exercices rapides comme les double-unders. Comptabiliser une rep seulement lorsqu’elle est complète. Ne vous faites pas hypnotiser par la corde qui tourne ou le butterfly kip. Respectez votre liste scrupuleusement ! Si quelqu’un lors d’un wall ball fait un squat pour lancer la balle, mais ne s’est pas relevé pour la récupérer, alors cet athlète est en plein milieu d’une rep et est donc en quelque sorte « fige dans le temps ». Comptabiliser la rep seulement lorsque l’athlète s’est relevé et a lancé la ball tout en atteignant la cible !

Un juge declare un no rep

  1. Mettez-vous à leur place

Qu’est ce que vous rechercheriez chez un juge? Voudriez-vous un juge avec une voix douce que vous ne pourriez pas entendre? Ou préfériez-vous un juge qui annonce une rep ou une no-rep suffisamment fort pour savoir où vous en êtes? Lors d’une série de double-unders, aimeriez-vous que votre juge compte toutes les 5 reps ou toutes les 10? Il vous appartient en tant que juge de représenter la compétition sous le meilleur jour possible. Vous voulez laisser une impression positive, du style « Wow, cette box sait comment organiser une compétition ! Leurs juges sont top ! « .

Soyez attentif. Ne pensez pas à votre prochain workout, a ce que votre petit/petite ami(e) est en train de faire ou a ce que vous avez mangé hier soir. Tout ce qui compte à cet instant t est l’athlète en face de vous et l’intégrité du workout.

Faites en sorte également de discuter avec votre athlète avant le début du workout. La plupart des juges en chef donneront l’opportunité aux autres juges de parler avec les athlètes avant chaque WOD et aux athlètes de démontrer ce qu’est une rep.

Pour conclure

N’ayez pas peur d’être un juge volontaire. Il n’ y a rien de mieux que de voir quelqu’un donner le meilleur de soi-même et d’être là pour l’aider.

Inspiré et traduit de l’anglais depuis l’article de Randy Hill pour Tabata Times.

Crédits photo: crossfit.com, myemail.constantcontact.com, ruinationcrossfit.com