Rater des lifts, c’est plus important qu’on ne le croit !

lifts ratés

Vous arrive-t-il de rater vos lifts ? Et est-ce normal de rater des lifts ? En fait, cela dépend de la fréquence à laquelle vous les ratez, car il y a une différence entre rater quelques lifts et avoir une mauvaise technique.

Nous allons donc parler des lifts ratés lorsque vous faites des snatchs, des cleans, des jerks et des squats. Ceux-là sont assez techniques. Ils reposent sur une parfaite coordination et une technique maîtrisée. Comparez-les à un deadlift ou à un press, des mouvements généralement loupés à cause d’un poids trop lourd.

Face à un lift raté, les gens ont tendance à réagir soit avec une certaine tristesse et un découragement, soit avec frustration et colère. Quelle réaction est la plus adaptée ? Aucune.

Tout d’abord, vous ne devriez pas rater des lifts de façon régulière. Pour les débutants en haltérophilie : soyez patients ! Arrêtez de surcharger votre barre et de vous fier à votre « talent » ou à ce que vous croyez nécessaire pour maîtriser les poids lourds et concentrez-vous uniquement sur la pratique correcte et adéquate.

Si vous ratez des lifts de façon régulière, disons entre trois et dix chaque jour d’entraînement, c’est que vous vous entraînez de façon trop intense. Manquer trop de lifts ne vous apprend rien ; en fait, cela renforce vos erreurs et votre frustration. Puisque les lifts dépendent beaucoup de votre technique, vous avez probablement besoin de quelques ajustements.

Mais, il faut admettre que les lifts ratés sont bons pour vous. En réalité, rater un lift n’est pas si grave, tant que les erreurs commises peuvent être corrigées.

Échec VS Erreur

Relâcher la traction trop vite ? C’est un exemple d’erreur classique qui se renforce avec le temps s’il n’est pas corrigé. Si vous n’êtes pas conscient de cette erreur, vous pourriez rater vos lifts encore et encore. Mais cela reste une erreur, pas un échec. Pourtant, il est tout à fait normal de prendre ça comme un échec, parce que vous manquez un lift facile que vous aviez réussi il y a des mois. C’est une erreur qui peut être corrigée avec un bon coaching et une bonne programmation. Voici une vidéo qui va vous apprendre sur quoi travailler pour vous améliorer. Lever à 90 % de votre 1RM ou plus fait généralement ressortir des faiblesses et de mauvaises habitudes. En manquant ce genre de lifts, vous pourrez apprendre à affiner votre technique et acquérir exactement ce dont vous avez besoin.

D’un autre côté, le véritable échec consiste à rater un lift parce qu’on n’est tout simplement pas encore capable de le réaliser. Si la barre est trop lourde pour vous, arrêtez de soulever ! Admettez vos limites. Malheureusement, vous ne pouvez pas compter sur le talent et le courage pour réussir parfaitement un lift trop lourd pour vous.

Programmation des séries et des répétitions

De nos jours, une grande partie de la programmation adopte une approche générique, unique pour tout le monde. Ces programmes « clé en main » sont conçus pour l’haltérophile moyen. Cela signifie que les pourcentages, le choix des lifts et le programme global sont destinés à personne et à tout le monde en même temps. Le rythme, la progression, l’intensité ou le volume d’entraînement peuvent ne pas être adaptés à votre condition physique lors d’une journée donnée. Vous pourriez souffrir d’une fatigue résiduelle venant du WOD particulièrement difficile de la veille. Pour toutes ces raisons, il est important de prêter attention à votre corps et de faire des ajustements sur votre programmation pour qu’elle s’adapte à vos besoins et votre situation.

Pourquoi avez-vous raté tel lift ? Devriez-vous continuer à charger votre barre ? Devriez-vous ajouter une autre série ? Devriez-vous répéter votre lift ou le laisser tomber pour une autre journée ?

Les réponses à ces questions vous donneront une idée de ce qu’il faut faire et comment adapter votre programme à vos propres paramètres. Si vous avez la chance d’avoir un coach expérimenté ou un copain d’entraînement pour vous aider, vous pouvez leur demander leur avis sur la vitesse à laquelle vous lever ou sur la technique que vous utilisez.

Enfin, il faut apprendre de ses lifts ratés, les analyser et en tirer des leçons, corriger sa méthode et passer à autre chose. Dans une compétition, si vous vous prenez la tête à chaque lift manqué, vous perdrez toute confiance en vous et mettrez en danger la suite des événements.

En conclusion, manquer un lift ici et là fait partie du jeu. Habituez-vous à cette sensation, apprenez de vos échecs et avancez ! Les lifts ratés donnent un bon aperçu de ce qui ne va pas et de ce que vous pourriez améliorer… même si cela signifie que vous deviez réduire votre charge ce jour-là et vous entraîner avec un poids gérable plutôt que de viser un nouveau record personnel.

Source : TheWodLife.com.au