Débarrassez-vous de votre ventre d’haltérophile !

ventre


Répondez à ces trois questions, éliminez ce dernier coussin de graisse et assurez-vous qu’il ne revienne plus jamais.

Par Chris Shugart

Qu’est-ce que le ventre d’haltérophile ?

Non, nous ne parlons pas du ballonnement de ventre induit par les produits que nombreux bodybuilders professionnels consomment. Nous parlons de l’haltérophile moyen dans une salle de gym moyenne.

Habituellement, cet homme est un lifter expérimenté qui s’entraîne plusieurs jours par semaine. Son régime alimentaire est bon… enfin, la plupart du temps. Mais pour faire l’équilibre avec ses gros bras et sa grosse poitrine, il a aussi un gros ventre. Ou du moins un ventre plus imposant que celui qu’il veut.

En d’autres termes, ce type présente environ 4 à 6 kg de graisse supplémentaires. Et étant donné que c’est un homme, la plupart de cette graisse est stockée au niveau du ventre et des poignées d’amour.

La bonne nouvelle, c’est qu’il ne faudra pas trop d’efforts pour s’en débarrasser. En effet, étant entourée d’une importante masse musculaire, tout ce dont vous avez besoin pour faire fondre cette graisse, c’est d’un peu d’exercices ciblés et non pas tout un régime ou un programme d’entraînement global.

Comment brûler cette graisse ?

Voici les premières questions auxquelles vous devez répondre :

  1. Avez-vous été à ce niveau de conditionnement physique pendant plusieurs mois, peut-être même un an ou plus ?

Si la réponse est oui, et peu importe si vous comptez les calories ou non, vous avez trouvé votre niveau d’apport calorique adéquat. Si vous êtes un peu trop grassouillet à votre goût, vous devez prendre conscience que tout ce que vous ferez désormais s’inscrira dans un « mode maintenance ».

Mais le ‘’mode maintenance’’ ne se limite pas à combien de calories vous consommez. Il dépend également de votre productivité : combien brûlez-vous de calories ?

  1. Est-ce que je veux brûler plus de calories ou en consommer moins ?

Pensez de façon purement pratique. Pour que cela soit durable, vous devez choisir l’option dans laquelle vous êtes le plus susceptible de rester. Êtes-vous prêt à bouger un peu plus ou à ajuster votre alimentation ?

Si vous voulez bouger un peu plus, cela peut être aussi simple que de faire de 5 à 10 minutes de conditionnement métabolique à la fin de votre workout habituel. Puisque vous serez déjà dans un état de fatigue et tout en sueur après votre entraînement d’haltérophilie, il ne faudra pas grand-chose pour entamer vos réserves de graisse et les brûler.

Exemple : Terminez chaque workout avec 5 minutes de lung-crushing sur un stairmill. Ou en faisant de la corde à sauter, des battle ropes, de la poussée de traîneau, du vélo, etc. Choisissez quelque chose que vous aimez faire, c’est tout ce qui compte.

Cela semble être peu, mais vous n’avez pas besoin d’en faire trop pour avoir un résultat. Rappelez-vous, vous êtes en train de maintenir votre condition physique actuelle, qui n’est pas du tout négligeable. Un petit metcon fera pencher la balance et vous verrez une différence dans les deux semaines qui suivront.

Si vous préférez ajuster votre régime alimentaire, il suffit de laisser tomber entre 100 et 200 calories de votre apport quotidien. Cela ne devrait pas être trop douloureux. Si vous aimez ajouter deux portions de beurre de noix dans vos flocons d’avoine ou votre boisson protéinée, n’en mettez plus qu’une. Boom. Facile !

  1. Y a-t-il quelque chose que vous pouvez faire pour que votre corps puisse gérer les calories plus efficacement ?

La réponse est oui, et mon premier choix porterait sur un complément alimentaire du type Indigo 3G . En un mot, il vous aide à transférer les nutriments vers le gain musculaire au lieu du stockage de graisse juste en dessous de votre nombril.

Sans devoir changer grand-chose de leur entraînement ou de leur alimentation, la plupart des personnes sont capables de perdre facilement de la graisse et de développer plus de muscles qui stimulent le métabolisme après un mois ou deux de travail.

Source : T-Nation.com