Les 5 principales différences entre le métabolisme d’une femme et celui d’un homme (Partie 1)


Tout le monde sait que changer son corps n’est pas chose facile. Les femmes font face à un défi encore plus difficile. La grande majorité des conseils sur la perte de graisse et le renforcement musculaire sont basés sur des recherches réalisées sur les hommes, alors que le corps des femmes diffère considérablement de celui des hommes en termes de métabolisme et de réponse à l’exercice.

Que faire à ce sujet ? L’équipe éditoriale du The Poliquin Group a rassemblé « Cinq faits que les femmes doivent connaître pour perdre de la graisse, développer des muscles et améliorer leurs performances ». Regardez cette liste et détectez ce qui manque à votre programme d’entraînement et à votre alimentation :

  • Au repos, les femmes brûlent plus de glucides et moins de matières grasses que les hommes
  • Les femmes et les hommes brûlent (et stockent) de la graisse corporelle différemment
  • Le stress affecte le métabolisme des femmes, inhibant la perte de graisse
  • Le jeûne intermittent et la restriction calorique tendent à être préjudiciable pour les femmes, mais bénéfiques pour les hommes
  • Les jeunes femmes ont la même capacité à développer des muscles que les hommes

1. Au repos, les femmes brûlent plus de glucides et moins de graisse que les hommes.

Les femmes ont tendance à stocker plus de graisse après avoir mangé, ce qui contribue également à leur plus haut pourcentage de graisse corporelle. D’un point de vue évolutif, il est favorable pour les femmes d’avoir plus de graisse corporelle, car ces stocks de matières grasses seront utilisés pendant la grossesse et la lactation. Une fois que les jeunes femmes deviennent capables de se reproduire, leur corps commencera à accumuler le gras autour des hanches et des cuisses en prévision d’avoir un bébé.

La graisse autour des hanches et des cuisses (appelée graisse gluteofemorale) a une concentration particulièrement élevée de DHA, l’une des trois types d’oméga-3. En théorie, la DHA gluteofemorale est utilisée pour fabriquer du lait maternel et est très importante pour le développement du cerveau d’un bébé.

En outre, une faible consommation d’oméga-3 entraîne, généralement, une baisse de la DHA et un gain de poids important pendant la grossesse, car le cerveau de la femme surveille l’état nutritionnel dans tout le corps et détecte les carences en DHA. Cela conduit à des sensations de faim excessives, ce qui amène les femmes à manger davantage dans le but de stocker autant de DHA que possible pour nourrir leur bébé.

Ceci se confirme par le fait que les femmes japonaises ont un pourcentage beaucoup plus élevé de DHA dans leur graisse en raison de la consommation élevée de poisson et sont, par conséquent, plus minces.

Que faire ?

Indépendamment de savoir si vous prévoyez d’avoir un bébé ou non, consommez assez de DHA. Optez pour un rapport équilibré entre les oméga-3 et les oméga-6, tout en limitant votre consommation de graisses et d’huiles végétales.

Faites en sorte que votre corps soit métaboliquement flexible, afin qu’il soit capable de brûler de la graisse pour avoir de l’énergie. Faites cela en limitant les apports en glucides dans votre alimentation à certaines heures de la journée afin que votre corps soit obligé d’apprendre à brûler les graisses. Par exemple, essayez de manger moins sucré pendant les jours où vous ne vous entraînez pas, mais donnez à votre corps assez de glucides pendant les jours d’entraînement. Faire des exercices anaérobies tels que l’haltérophilie et la course permet d’améliorer la flexibilité métabolique de votre corps.

2. Les femmes et les hommes brûlent (et stockent) la graisse corporelle différemment

Les femmes comptent sur la graisse pour générer de l’énergie pendant l’exercice à un degré beaucoup plus élevé que les hommes. Cela rend l’exercice absolument essentiel pour que les femmes perdent de la graisse en raison du fait malheureux que les femmes brûlent beaucoup moins de graisse au repos. En outre, les femmes stockent de la graisse juste en dessous de la peau (sous-cutanée), alors que les hommes ont plus de graisse viscérale. La graisse viscérale est métaboliquement active et présente un risque pour la santé cardiovasculaire et la résistance à l’insuline. Cependant, pour les femmes, avoir une quantité raisonnable de graisse au bas du corps indique une meilleure santé et moins de risque de maladies cardiaques !

Les femmes ont tendance à perdre de la graisse, d’abord, sur le haut du corps, mais ont beaucoup plus de mal à en perdre sur le bas du corps. Comme mentionné ci-dessus, le corps des femmes stocke préférentiellement la graisse pour la grossesse, mais il a aussi un plus grand nombre de récepteurs alpha au niveau de cette région (abdominale) que les hommes. La combinaison des récepteurs alpha et des œstrogènes inhibe la perte de graisse. Les hommes ont une proportion plus élevée de récepteurs bêta, ce qui leur facilite la perte de poids.

Pour se débarrasser du gras des parties inférieures du corps, les recherches montrent que les femmes doivent effectuer un entraînement anaérobie. Les scientifiques suggèrent, alors, que les exercices d’intensité plus élevée contribuent à stimuler la libération des graisses corporelles des cellules adipeuses afin qu’elles puissent être brûlées pour produire de l’énergie. De plus, il est possible (mais pas confirmé à 100 %) que l’œstrogène ait un effet positif sur la combustion des graisses pendant l’exercice via ces quelques mécanismes:

  • L’œstrogène semble limiter la dégradation des triglycérides dans la circulation sanguine pour les stocker.
  • L’œstrogène améliore la production d’épinéphrine pour une combustion accrue des graisses.
  • L’œstrogène stimule l’hormone de croissance, qui joue un rôle dans le métabolisme des graisses et stimule le flux sanguin.

Que faire ?

Opter pour des programmes d’entraînement de renforcement, en favorisant les exercices multi-articulaires et en mettant l’accent sur les exercices tels que les squats, les deadlifts, les step ups et les lunges (fentes). Effectuez des séances à intervalles de haute intensité sur piste, vélo ou en poussant un traîneau pour cibler les récepteurs alpha et augmenter la perte de graisse dans le bas du corps.

À suivre…

Source : TabataTimes.com