Les 10 détails qui rendent fou notre coach de crossfit

Il est le pilier de la box. Nous comptons sur lui pour la bonne ambiance, la meilleure programmation, son œil expert sur la technique des mouvements, mais aussi sur la comparaison des nouvelles Nanos aux dernières Nike.

Bien souvent plus que patient et enthousiaste à l’idée de transmettre son savoir, le coach peut parfois avoir des réactions à l’encontre de notre comportement à la box. Nous ne voyons pas lequel ? Voici la liste des 10 petits détails qui peuvent rendre fou notre coach (et donc à ne plus faire dès que possible !)

Les-10-details-qui-rendent-fou-notre-coach-de-crossfit

1. Arriver en retard

En soit, rien de grave. Sauf qu’arriver en retard décale tous les autres wod de la journée, car rien dans la programmation du jour ne peut être supprimé. L’échauffement, la force et le wod font partie de l’entraînement qui vise à nous faire progresser.

2. Se plaindre

Parfois trop fatigués par le wod de la veille, nous gémissons devant le tableau et l’entraînement du jour, sachant pertinemment que nous devrons le faire et aller jusqu’au bout.

3. Parler pendant les explications

C’est la meilleure façon pour monter d’un niveau la tension lors des explications, lorsque tout le monde est censé être attentif : parler avec son voisin de sa journée ou des derniers gossips de la box.

4. Redemander les explications que nous avons ratées parce que nous avons parlé

Non recommandé même si le coach est très très sympa. Car malgré son air décontracté de coach de sport, il a dû nous repérer et nous attends au tournant avec nos questions. Dans ce cas, il vaut mieux demander à son autre voisin (celui avec lequel nous n’avons pas parlé) de vite fait nous débriefer le wod.

5. Venir de mauvaise humeur

Nous venons directement du travail ou bien nous avons passé une mauvaise nuit, nous sommes énervés et incapables de prendre sur nous.

Le coach lui est positif, souriant et motivé ; le mettre de mauvaise humeur à son tour cela signifie gâcher le wod de 15 autres personnes. La meilleure solution est d’aller s’énerver contre la barre.

6. Coacher son voisin

Le coach est là pour coacher et nous pour essayer d’aller jusqu’au bout du wod, à moins que celui-ci nous ai demandé d’assister un athlète.

7. Dropper la barre

Alors qu’il est écrit sur le tableau : « Ne pas dropper les barres » et que le coach à répéter 5 fois d’utiliser les tapis.

8. Ne pas ranger son matériel

Nous sommes arrivés, la box était étincelante, nous finissions le wod et c’est un véritable champ de bataille. Aucun souci, si nous rangeons les barres, plates et clips à leur place. Oublier une plate ou un wall ball par-ci par-là, c’est l’affiche assurée par le coach qui en général crie à travers la box « Qui a oublié de ranger son kettle c’est 50 burpees ? »

9. Bavarder après le wod

En soi, il n’y a encore rien de grave, sauf si nous discutons sur la zone d’haltéro ou bien en dessous des barres lorsque le wod d’après a déjà commencé. Se trouver un coin tranquille permet d’éviter les regards menaçants du coach à travers la salle.

10. Oublier ses affaires personnelles

Même si nous considérons la box presque comme notre 2e maison (nous y sommes presque tous les jours), oublier son pull, ses affaires sales ou son shaker, c’est le meilleur moyen, soit de ne plus les retrouver ; soit d’être puni par un complexe burpees/t2b/wall ball à base de 50 à 100 reps ; ou par un post facebook à travers lequel le coach met à contribution tous les autres membres afin de décider de notre sort.

Amicalement et sportivement,

Tamara Akcay